À Jonat. De Nini.

11146047_10155391948885543_1214880931_n
À toi cher Grand-Frère-que-je-m’ennuie-tant.

C’est la première lettre que j’t’écris. J’sais pas pourquoi d’ailleurs que je ne l’ai jamais fait avant aujourd’hui. Peut-être parce qu’on s’dit tellement tout qu’ça fini souvent par des « Dis-le pas à maman », même à 28 ou 33 ans. Peut-être parce que j’suis pas une grande jaseuse au téléphone et ni une grande Skypeuse.

Peu importe le peut-être-du-pourquoi-du-comment, ceci est écrit en pensant à toi.

Te souviens-tu des chorégraphies que tu m’faisais faire sur les New Kids on the Block quand on habitait sur Nicolet ?

Te souviens-tu quand tu m’as laissée seule dans l’ascenseur à Toronto, à 3 ans et qu’j’étais complètement perdue ? Maman était en ta-bar-nak !!!

Te souviens-tu d’la dent que TU m’as brisée en ME pitchant la balançoire dessus ? (On va toujours s’obstiner sur celle-là !)

Te souviens-tu de l’année qu’on a donné les bonbons d’Halloween ensemble et que tu t’cachais dans les buissons ? Les kids voulaient même pas approcher d’la maison !

Te souviens-tu de l’hiver qu’on a travaillé ensemble derrière le bar sur St-Laurent ?

Te souviens-tu de bébé Misfit quand on l’a vue pour la première fois ?

Te souviens-tu de notre road trip à Toronto pour aller voir p’pa ?

J’m’ennuie d’nos soirées chez vous à Verdun Beach où tu cuisinais et qu’on jasait de tout et de rien avec une Pabst din mains.

J’m’ennuie de tes faces de clown, des CDs qu’tu faisais jouer dans mon char quand j’allais te reconduire et de toutes les fois que j’t’ai aidé à déménager.

J’m’ennuie quand tu m’faisais découvrir des restos ici, à Toronto et à Vancouver.

J’t’ai toujours trouvé cool, même quand j’avais 13 ans et qu’on s’criait après. J’voulais secrètement faire partie d’ta gang.

Merci d’avoir joué ton rôle de grand frère en m’protégeant en disant à mes premiers copains «Aye ! T’es mieux d’faire attention à ma soeur sinon moi pis mes chums on va v’nir te voir ! ». Même si j’voulais rentrer en dessous du plancher et que j’t’en voulais sur le moment, merci. Merci d’m’avoir appelé à la St-Valentin quand j’feelais pas pour aller prendre un verre sans même aborder le sujet d’ma rupture, merci.

Ça fait presque deux ans que t’as traversé l’pays pour devenir un côte ouestenien et j’sais qu’t’es heureux là-bas. J’suis vraiment contente pour toi, t’as l’air d’avoir du fun et ta blonde est à ta hauteur (j’m’ennuie d’elle aussi. Jeka you rock, I miss hanging out with you!). Je t’écris à contrecoeur que j’sens que tu es là où tu dois être. Égoïstement, j’aimerais plus que tout que tu reviennes dans notre coin, j’ai quelqu’un à t’présenter que je sais que t’aimerais.

J’te l’dis pas assez souvent Grand-Frère-que-j’m’ennuie-tant, mais je t’aime et j’serai toujours là pour toi.

Nini xoxo

11132136_10155391951345543_1371962296_n 11134285_10155391950145543_1485149889_n 11131923_10155391948660543_602241969_n 11131876_10155391949215543_792880871_n 11131806_10155391949050543_1895145727_n 11130563_10155391950345543_99089476_n 11099957_10155391951045543_1199960749_n 11096705_10155391951565543_2083384262_n 11086672_10155391949530543_855923617_n

Advertisements

About steftokyo

Profile picture by Ella Photography - http://ellaphotography.ca

2 responses to “À Jonat. De Nini.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Join 3,032 other followers

%d bloggers like this: